Une FantastiK expérience !

Récit d’une très belle journée parisienne dans l’atelier du chef Christophe Michalak. Concours Fantastik Christophe Michalak / Fou de pâtisserie.

Samedi 27 septembre 2014

5h30

Le réveil sonne après une courte nuit plutôt agitée et ponctuée de rêves angoissants (quoi de plus affolant que de rêver d’arriver à un concours de pâtisserie avec un gâteau inachevé ?! Et je vous passe le cauchemar des embouteillages, le retard ou encore le moment où je ne retrouve plus aucun ustensile dans la cuisine).
Bref, on a beau se dire qu’il n’y a rien de très important en jeu et que, quel que soit le résultat, ça ne pourra être qu’une expérience positive, la pression est bien là. Il faut dire aussi que je n’aurais peut-être pas dû aller me renseigner sur les autres candidats avant le jour J… Ma curiosité l’a encore une fois emporté.

Mettez-vous à ma place, petite pâtissière passionnée qui n’a jamais cuisiné pour personne d’autre que pour ses proches et qui apprend qu’elle va devoir reproduire un gâteau tout droit sorti de son imaginaire pour une brochette de grands chefs pâtissiers parmi les plus talentueux. Face à elle, deux concurrents professionnels au moins (Mickaël Ligey et Simona Piccolini) et le mystère reste entier en ce qui concerne les deux autres ; mais vu les réalisations, il y a du niveau.
Une création tout particulièrement me fait peur : le Fantastik chocolat, noisette, caramel. Il faut dire qu’il en jette et qui pourrait résister à une telle association de parfums ?! De toute façon le nombre de like sur Facebook parle de lui-même, je n’arrive qu’en deuxième position loin derrière ce Léo Clavel…

Bon, on essaye de mettre le stress de côté et de se concentrer sur sa tâche. C’est que j’ai deux heures pour terminer mon gâteau moi ! Finalement, une fois lancée, j’oublie vite la pression. Si je pouvais juste arrêter d’être aussi perfectionniste !! Une expression me trotte toujours dans la tête : « Le mieux est l’ennemi du bien » mais je n’arrive jamais à l’appliquer ! Cette obsession de la perfection et du détail me fait à chaque fois perdre un temps fou et finira un jour par me jouer des tours.
Bref, mis à part mon thermomètre sonde qui me lâche juste avant la réalisation de ma meringue italienne, tout se passe bien et dans les temps. Mon Fantastik prend une forme qui me convient. Il est précautionneusement emballé et callé dans une boîte isotherme (dégottée chez un charmant traiteur qui a bien voulu me la prêter pour l’occasion).

8h00

C’est parti pour 1h30 de route en priant pour qu’aucun obstacle ne vienne troubler le début de cette aventure.

9h45

C’est marrant, le moment approche et pourtant je commence à me détendre. Il faut dire que le plus dur est fait, les dés sont jetés. Mon Fantastik est arrivé à temps et sans embuche devant l’atelier/boutique, maintenant le reste ne dépend plus de moi.
C’est surprenant, autant le chef est grand, autant la boutique est petite. Pourtant c’est bien là, 60 rue du Faubourg Poissonnière, je reconnais le logo et le style épuré mais très graphique que j’aime tant. Sur le trottoir attendent déjà deux personnes. C’est donc lui, Léo, 16 ans apprenti pâtissier à Menton, un autre professionnel, donc, mais un ado avec un air innocent et manifestement plus inquiet que moi. Finalement on est tous dans le même état, on ne vient pas pour la compétition mais pour rencontrer de grands chefs et vivre une formidable expérience.
Ça y est le stress a disparu, peu importe si je gagne, je vais pouvoir profiter à fond de cette matinée =D
Mais avant il va encore falloir attendre sur le trottoir… Ils ne sont pas prêts.

Un autre pâtissier arrive, Alexandre, parisien, architecte en pleine reconversion qui se lance, son CAP de pâtissier en poche, dans une nouvelle aventure. Son Fantastik est à son image, très original. Il a fait le pari de réaliser un gâteau entièrement Vegan (sans aucun produit d’origine animale) gâteau de sésame noir/crème de sésame noir/ ganache chocolat-coco/crème cappuccino/gelée café-orange/crunchy pain d’épices/opaline sésame noir.

Mickaël vient rejoindre notre groupe trépignant devant cet atelier toujours désespérément clos. C’est un jeune chef pâtissier qui vient du Pays Basque. Son Fantastik me fait très envie aussi : citron / feuilles de combava. Décidément, j’espère que le jury nous en laissera un bout !

On attend toujours la dernière participante mais c’est un Christophe Michalak très souriant et détendu qui arrive et nous surprend avec un haut et fort « Salut les enfants, comment allez-vous ? ». Décidément très cool ce chef et finalement pas si différent de nous que ça.

On finit par entrer dans la Masterclass. Je comprends enfin vraiment le principe :

Au fond, un atelier où se déroulent les cours et où se passera la dégustation. Dans l’entrée, une minuscule boutique dans laquelle sont exposés les livres et goodies et sur un présentoir d’1m2, sous cloches, les 6 ou 7 réalisations du jour qui sont préparées sous les yeux des clients et des passants dans le laboratoire entièrement vitré. L’appellation « Take Away » prend donc vraisemblablement tout son sens.

Ca y est, c’est parti, on fait connaissance avec le jury :

Chaque participant se présente à son tour et présente son Fantastik. On nous apprend que la cinquième concurrente n’a pas pu venir (c’est peut-être lié au fait qu’elle vient d’Italie… ;-) ), on ne sera donc que 4.

cuisine - fantastik - sucredorgeetpaindepices.fr - auriane lebla

Arrive le moment de la dégustation mais ça se passera sans nous :-(

Tant pis, on profite de ce moment pour faire un peu plus connaissance et c’est après de longues minutes de délibérations que le jury vient finalement nous rechercher pour nous apprendre le résultat.

Michalak prend la parole et commence déjà par nous féliciter tous, on a tous fait du bon boulot. Ouf !!! =D apparemment je ne me suis pas encore ridiculisée, mon Fantastik a peut-être vraiment le niveau, je n’ai dit à personne que je n’étais pas pâtissière, je peux peut-être encore faire illusion ;-)

« Chaque membre du jury a voté pour une des 4 réalisations et le candidat qui aura eu le plus de voix gagnera le concours. »

1er vote

C’est Arnaud Larher qui commence : « J’ai hésité entre celui-ci et celui-là »
Je rêve ou il vient de désigner mon gâteau là !!? C’est donc soit le chocolat/praliné de Léo, soit le mien !!!
Tient… Le stress réapparait mais le sourire aussi !
« J’ai choisi le Fantastik Pina Colada. »

Ca y est, je commence déjà m’y voir : La grande gagnante du concours, Auriane et son Fantastik Pina Colada !

Si seulement les votes avaient pu s’arrêter là…

2ème vote

Deuxième membre du jury, Julie Mathieu.
« J’ai choisi le Fantastik Chocolat/Praliné. »

Bon, on redescend sur terre Auriane.

3ème vote

Troisième vote, celui de Jean-Marie Hiblot.
«Alors moi aussi j’ai hésité entre le chocolat/praliné et le Pina Colada… »
Ils ne vont peut-être pas tous nous la faire à la MasterChef ! Y a pas d’équipe de tournage ici, on est entre nous, allons droit au but, qui a gagné ?!!!!
« J’ai choisi le chocolat. »

Licence de maths en poche mais le calcul me semble pourtant trop compliqué 1 + 1 = 2, 2 moitié de 4, il reste 1 vote, équation à une inconnue… J’ai beau tourner et retourner les chiffres dans ma tête, la victoire s’éloigne un peu plus à chaque fois. Un résultat ex-aequo ne serait pas possible.

4ème vote

Christophe Michalak finit par reprendre la parole :

« J’ai aussi beaucoup hésité entre le Pina Colada et le chocolat/praliné. » je n’ai plus envie d’écouter, juste envie de m’accrocher à ce petit espoir d’avoir finalement été choisie par Michalak.  « … plus de fruits, … craquant pistaches, … gâteau très féminin, … beaucoup de subtilité, … Mais, … j’ai écouté mon cœur,… je choisi le gâteau de Léo, …………………………………………………………………………………… (long, très long moment pour percuter, réaliser que j’y ai cru mais malheureusement non, je n’ai pas été choisie)……………………………………………. Auriane ! » Ah oui réveille-toi ;-p

Bravo à Léo qui a bien mérité sa victoire ! Heureusement, on a pu goûter à tous les autres Fantastiks, le sien m’a fait penser au Trianon et c’est sûr que ça plaira à beaucoup de monde. Tous auraient mérité d’avoir leur place dans la vitrine de cette magnifiK boutiK et je suis très fière d’avoir pu vivre cette expérience et d’en être arrivée là. J’ai fait de très belles connaissances et rencontré trois chefs extrêmement talentueux qui ont goûté et aimé une de mes créations et ça c’est une FantastiK victoire pour la petite pâtissière amateur que je suis !

« Il n’y a pas de réussite facile ni d’échecs définitifs. »

Marcel Proust

Print Friendly
Michalak me voilà !!!
Votez pour SDOEPE aux Golden Blog Awards