Petits nids de Pâques poire / chocolat noir

Il y a des jours où le sort s’acharne sans qu’on ne sache vraiment pourquoi… Tout ce qu’on fait du matin jusqu’au soir tourne à la catastrophe ou du moins en notre défaveur et ces jours-là, on se dit qu’on aurait mieux fait de rester au lit !
Si vous vous levez un matin avec la sensation que la journée commence très mal et que la poisse ne vous quittera pas durant les prochaines 24 heures, suivez mon conseil : ABSTENEZ-VOUS DE PÂTISSER !!!!

Je vous épargnerai tous les déboires de ma journée de vendredi dernier mais je peux tout de même vous expliquer les « petites » mésaventures culinaires qui ont failli, ce jour-là, venir à bout de mes nerfs.

Je voulais réaliser une recette que je préparais depuis quelque temps, comme d’habitude, dans un petit coin de ma tête. Le but était de faire quelque chose de joli et d’original pour Pâques mais surtout, je voulais que ce soit une recette simple, accessible à tous (ou presque). Il fallait donc simplifier au maximum la conception de l’élément principal : le nid en chocolat.

J’avais déjà vu qu’on pouvait réaliser des coupelles comestibles uniquement en trempant des ballons de baudruche dans du chocolat fondu et qu’une fois les coques bien prises, il suffisait de percer le ballon.

En théorie, on peut donc dire que ça correspondait à mes attentes ! Mais ça, c’est la théorie, voici donc le récit de mes (més)aventures :

Après une longue journée de boulot, de courses et de rendez-vous, je suis partie à la recherche d’une denrée rare : des mini ballons de baudruche (en effet, j’ai dans mes placards, toutes sortes de moules et autres accessoires de pâtisserie mais malheureusement pas de ballons :-( ). C’est après avoir arpenté plusieurs magasins que j’ai finalement trouvé l’objet de mes recherches.

Fière de ma trouvaille et de ma recette en perspective, je me suis donc lancée dans la confection de mes nids de Pâques ! Tout se passait très bien jusqu’à la phase finale : le démoulage ou plutôt, le perçage des ballons. Pour faire simple : le plastique est « étonnement » resté collé au chocolat… Ça s’est donc terminé en une véritable boucherie avec des morceaux de ballon un peu partout, des coques un peu fissurées et multicolores (effet non recherché) et pour finir, des coupelles raplaties d’un ultime geste de désespoir…

Après avoir pesté « quelques » secondes et maudit mon manque de clairvoyance, je me suis lancée dans une nouvelle préparation en me disant que cette fois-ci, une fine couche d’huile sur les ballons allait résoudre tous mes problèmes. Vous l’aurez compris, ça n’aura pas été suffisant mais si tout ça ne s’était soldé que par un deuxième échec… Non ! Ce qui a vraiment failli venir à bout de ma patience légendaire, c’est précisément le moment où un ballon recouvert de chocolat fondu m’a littéralement explosé au visage… A vrai dire, pour être plus précise, quand un ballon explose, c’est à 360°, mon visage ne fut donc pas le seul à être repeint…

Il était près de minuit, j’ai tout laissé tomber. Peut-être est-ce mon état pitoyable, couvert de chocolat de la tête aux pieds ou simplement sa gentillesse qui a motivé mon amoureux à nettoyer toute la cuisine ainsi que mes vêtements. Pour ma part, je me suis lamentablement traînée jusqu’à la douche puis sous les draps :-( Je savais qu’une fois cette fichue journée terminée, tout allait rentrer dans l’ordre.

En effet, le lendemain la journée ayant commencé sans un faux pas, j’ai rouvert mes placards, sorti mes moules en silicone et confectionné de magnifiques petits nids en chocolat. Les ballons sont rangés au fond d’un tiroir, ils serviront de décoration à un prochain événement et la prochaine fois que je voudrai détourner un objet de son utilité première, j’y réfléchirai à deux fois !

Pour vous parler de la recette maintenant, il s’agit donc de coupelles en chocolat noir garnies d’une mousse légère à la poire, d’un vermicelle de ganache au chocolat noir et de quelques miettes de crêpes dentelles. Pour finir j’y ai déposé quelques œufs de Pâques.

C’est une recette relativement simple, la seule difficulté repose donc, vous l’aurez compris, dans la confection des coques qui sont fragiles à manipuler et à démouler et qui nécessitent un peu de matériel ;-)
Si vous le souhaitez, vous pouvez réaliser ce dessert dans des verrines mais il vous manquera le côté croquant de la coupelle en chocolat…

Tout le monde s’est régalé et je me dis maintenant que j’ai décidément bien fait de ne pas tout abandonner de rage après ces « quelques » mésaventures ;-) C’est un dessert qui en valait la peine ! =D

Préparation : 1 heure ⌚

Repos : 2h puis 4h ⌛

Difficulté : ⋆ ⋆

Ingrédients pour 6 personnes :

Pour la mousse de poires :

  • 1 petite boîte de poires au sirop
  • 3 feuilles de gélatine
  • 20 cl de crème liquide entière

Pour les coques en chocolat :

  • 150 g de chocolat de couverture noir

Pour le vermicelle de chocolat :

  • 75 mL de crème fraîche entière liquide
  • 125 g de chocolat noir
  • 10 g de beurre

Décoration :

  • Crêpes dentelles (environ 6)
  • Petits œufs en chocolat

Préparation :

Les coques en chocolat noir :

  • Faire fondre le chocolat au bain-marie (pour un aspect bien brillant vous pouvez le tempérer, suivez ce lien pour un petit rappel technique : tempérage du chocolat).
  • A l’aide d’un pinceau, en tapisser généreusement des moules demi-sphères en silicone.
  • Laisser prendre le chocolat à température ambiante puis procéder de la même manière pour la deuxième couche de chocolat.
  • Quand les coques sont bien prises, les démouler précautionneusement.
  • Pour créer la base plate, sur une feuille de papier sulfurisé, déposer chaque coque sur une noisette de chocolat fondu et réserver.

J’ai recouvert mes coques de poudre dorée pour que ce soit plus joli.

La mousse de poire :

  • Mettre la gélatine à ramollir dans de l’eau froide.
  • Dans une casserole, faire chauffer les poires dans leur sirop.
  • Mixer à l’aide d’un mixeur plongeant et passer le tout au chinois.
  • Ajouter immédiatement la gélatine ramollie et mélanger énergiquement.
  • Réserver au frais pendant 2 heures minimum.
  • Battre la crème entière bien froide (le mieux étant de la placer au congélateur 15 minutes avant de la battre) en une chantilly ferme.
  • Mélanger la purée de poire (sa texture doit être homogène, sinon la passer au mixeur plongeant) et y incorporer délicatement la chantilly.
  • Verser la mousse dans les coques en chocolat et laisser prendre au frais pendant environ 4 heures.

Le vermicelle au chocolat noir :

  • Faire chauffer la crème liquide dans une casserole.
  • Hacher finement de chocolat. Ajouter le beurre coupé en dés.
  • Verser un tiers de la crème bouillante sur le chocolat, mélanger énergiquement afin de créer une émulsion.
  • Procéder de la même façon pour les deux tiers de crème restants. Si le chocolat a du mal à fondre, plonger le récipient dans un bain-marie.
  • Laisser la ganache refroidir à température ambiante pendant environ 1 heure avant de la verser dans une poche munie d’une douille ronde très fine (2mm de diamètre maximum) et former un anneau de vermicelle sur tout le pourtour de chaque nid. Réserver au frais.

Attention, si votre ganache est trop froide, elle sera trop difficile à pocher, réchauffez-la quelques secondes au bain-marie et travaillez-là jusqu’à ce qu’elle ait une texture souple.

  • Pour terminer le dressage, avant de servir, déposer des miettes de crêpes dentelles au centre de chaque nid et ajouter quelques œufs en chocolat.

Régalez-vous

“La patience consiste à engloutir l’adversité sans même un froncement de sourcils. »

Anonyme

Détails sur la recette
recipe image
Nom de la recette
Petits nids de Pâques poire / chocolat noir
Publiée le
Temps de préparation
Temps de cuisson
Temps total (avec temps de repos)
Note
0graygraygraygraygray Based on 1 Review(s)
Print Friendly, PDF & Email
Mes cookies du grand Nord ;-) : sirop d’érable, cramberries, noix de pécan et chocolat blanc
Panna cotta à la verveine et purée de pêches